Back to all Post

Exposition “Fractales Alchimiques” à la Demeure du Chaos

Nouvelle exposition au musée d’art contemporain de Lyon la Demeure du Chaos : Fractales Alchimiques

Depuis 21 ans, je sculpte, je soude, j’installe, je peins et j’utilise, tel l’Alchimiste des temps anciens, une multitude de réactifs proto-chimiques tels que l’Esprit de Sel, des principes soufrés, qui transforment la Materia Prima en support matériel de l’âme et de l’esprit qui habite chacune des œuvres.

Il fallait donc que je reprenne mes planches photographiques pour arriver à l’Oeuvre au Blanc donnant ainsi la spiritualisation de chacune des œuvres en allant chercher dans le macrocosme ou microcosme, la Materia Prima des formes, la géométrie sacrée, les couleurs et l’infra-mince qui les relient entre elles.

Pour l’exposition au cœur de la Demeure du Chaos, 999 planches seront révélées au public.

Cette Œuvre au Blanc est une forme de romantisme des fractales qui se loge dans les ruines de la Demeure du Chaos et son Alchimie secrète.
Une puissante image du “Mal du siècle”.

Ce qui tombe et ce qui reste pour l’éternité.

L’homme romantique se projette dans la ruine, il y voit comme une allégorie de sa propre existence.

La ruine que Chateaubriand, promeut en véritable esthétique : « Les ruines sont plus fortes que le monument frais et entier. Les ruines permettent d’ajourer les parois et de lancer au loin le regard vers les nues, les montagnes ».

Selon lui donc, grâce aux ruines, qui sont par essence des édifices troués par le temps, « l’horizon recule ». La Demeure du Chaos est ainsi un vaste trou noir pour accéder à un univers à multiples dimensions que traduisent ces planches photographiques.

En ce sens, la ruine serait comme la condition de possibilité, ou plus précisément, le relais du regard sur le paysage.

Avatar romantique du dispositif miroitant de Brunelleschi, de la fente de la camera obscura ou encore du motif de la fenêtre ouverte sur le monde derrière une figure humaine, la ruine apparaît dès lors comme un filtre que je propose par mon témoignage fait d’argentique et de numérique.

Le regard qui passe par le crible de la ruine découvre un paysage d’accumulation par tous les âges et l’humanité qu’il a traversés. Le temps dévorateur est aussi « le temps ce grand sculpteur», disait Marguerite Yourcenar.

Le regard qui passe par la ruine pour regarder le paysage dans un même temps humanise puissamment celui-ci mais aussi l’autonomise, en tant que manifestation de la nature, vision panthéiste, marque de la divinité singulière et universelle.

D’où, dans ce second mouvement, la naissance du sentiment de sublime : c’est face à la ruine, marque de l’éphémère humain, que la Demeure du Chaos m’apparaît d’autant plus souveraine.

Mystique sacralisante, monumentalisation anachronique ou artificielle a posteriori, le rapport aux ruines de la Demeure du Chaos est ambivalent car le trouble fait partie du voyage initiatique que je propose par ce chemin de Damas.

Plus qu’une « image survivante », la ruine est un véritable fragment de réel, ces pierres dorées, ces pans de mur qui restent malgré les pluies et le vent au centre du paysage, au détour du chemin : un objet survivant et résistant à toute forme d’attaque. Le ciment des ruines de la Demeure du Chaos est fait du sang des bâtisseurs de cathédrales.

La ruine a ceci de spécial qu’elle ne dit, ni l’accomplissement ni l’aboutissement, comme veulent le dire l’Oeuvre au Noir qu’est la Demeure du chaos.

Elle serait comme l’envers du chef-d’œuvre, fantasme et fantôme qui parcourt tout l’art occidental, art qui rêve de maîtrise, d’achèvement et d’immortalité.

Elle serait l’avertissement – salutaire ? – que toute œuvre d’art est au fil des siècles mortelle ; mais sa représentation implique en un même temps que le déclin naturel et inéluctable, la triste décomposition physique où ne reste que les ruines, retrouvent la vie éternelle dans l’agora des éthers : le cybermonde où la Demeure du Chaos / Abode of Chaos devient un virus mutant à l’infini répliquant chaque fragment de ce Chaos Alchimique, Materia Prima de ce 21ème siècle tragique et somptueux.

Galerie

4 Comments

  • Karim BENNANI
    20 juin 2020

    C’est un travail colossal qu’on trouve rarement dans la peinture contemporaine

  • alexandra
    27 juin 2020

    Bravo magnifique ,travail

  • Peyronnet
    30 juin 2020

    Merci pour ce beau voyage alchimique. Toutes ces transmutations sont flamboyantes. Comment ne pas devenir hylozoïste.

  • MAIROT
    19 juillet 2020

    Bonjour,
    Magnifique témoignage en image de ce que la nature construit empiriquement depuis la nuit des temps.
    En observation vibratoire, la cristallographie (ou thésigraphie) cet état variable de la matière aqueuse fut confirmé et observé par Nieper à la demande de Rudolf Schneider pour justifier ou prouver l’existence de forces existantes en biodynamie.
    Les fractales observées et étudiées en mathématiques retrouvent tout leur sens dans ces photographies.
    A noter par ailleurs, que les différentes phases de l’eau gelée (flocons de neige par exemple) observées et photographiées par Emoto construisent les mêmes structures dendritiques, influencées et organisées par les états vibratoires rencontrés et/ou émotionnels traversés.
    Cordialement

Ajouter un commentaire

La Demeure du Chaos – Musée l’Organe © 2020. Tout droits réservés.
Contact | Presse | Conditions générales d’utilisation | Mentions légales | Protection des données